Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 septembre 2007

Pour le bien de Biche ?

Pour le bien de Biche ! " Voilà l’argument choc et répétitif de la responsable des aides-soignantes qui viennent la soigner, lorsqu’elle veut imposer une de ses exigences, le plus souvent farfelue… Pour le bien de Biche… Je veux bien… Mais ? Si elle pense au bien des malades, pourquoi refusait-elle de donner les noms des bourreaux qui l’avaient maltraitée ? Elle n’a finalement lâché les noms que lorsqu’elle s’est sentie inquiétée… Mais elle continue à minimiser, prétendre qu’ils ne l’ont pas maltraitée, juste maintenue… alors qu’elle n’a pas daigné magner son c** de lévrier afghan pour constater de visu les blessures ! Elle persiste à nier, faisant confiance à ses employés (dans le fond, ce serait un bon point pour elle, si l’affaire n’était pas aussi grave) alors qu’un médecin, 3 infirmiers et une kiné ont porté plainte suite à la constatation des blessures sur Biche ? Comment ose-t-elle encore nier, alors qu’elle n’est pas venue voir par elle-même ?

Photos à l’appuis, c’est notre médecin qui a porté plainte auprès de la police, mais aussi des autorités médicales compétentes… Sur le moment, certains membres de ces autorités ont blâmé mon médecin, d’oser porter plainte contre une institution paramédicale ! Alors qu’il n’aurait rien fait, il était passible d’être poursuivit, par ces mêmes autorités, pour non-assistance à personne en danger !

Oh ! Ils se croyaient bien à l’abri, derrière leurs petits bureaux, leurs petits titres d’emmerdeurs publics ! C’était sans compter les appuis de mon médecin, qui ont saisi des autorités encore plus hautes ! Et leurs petits bureaux et titres ne les ont pas empêcher de recevoir des blâmes !

Entre temps, nous avons appris que Biche avait été bien traitée… en comparaison d’une autre femme qui a eu le bras cassé ! La famille a-t-elle osé porter plainte ? Nous l’ignorons ! Il y a eu de telles pressions sur nous ! ! !

Ce qui doit encore plus défriser la propriétaire du c** de lévrier afghan, c’est qu’une élève infirmier fait son mémoire sur la maltraitance des personnes âgées, et donné comme premier exemple celui de Biche ! Sujet tabou, mais il a été bien noté !

La propriétaire du c** de lévrier afghan, essaye par tous les moyens de nous faire changer d’institution, sans, bien sûr, nous en proposer d’autres. Harcèlement moral… Qui lui a presque valu d’être défenestrée ce mercredi matin par Mamina…

Mais, en dehors de la propriétaire du c** de lévrier afghan, et de deux aides-soignantes (les bourreaux ayant été viré, ou changé de service) nous n’avons pas à nous plaindre des autres ! Alors, pourquoi changer ? Pour lui faire plaisir ? Elle peut attendre !

 

123