Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 avril 2010

Egoïsme

 Une fois encore, je suis frappé par l ‘égoïsme de certains. Caliméro vit de graves heures, a tenté de se suicider. J’ai tendu des perches, genre « je vais l’aider » mais personne, je dis bien personne, en dehors d’une amie qui ne le connaît pourtant pas, n’a proposé de contribuer, même à hauteur de 1 centime ! Alors que certains gagnent des salaires faramineux ! Et ce sont ces mêmes qui vont geindre de petits soucis sans conséquences !
 Je ne vais pas non plus couper les ponts avec eux, cependant je en serai plus le même, puisqu’ils laissent se suicider, sans sourciller, un malheureux gars qui n’a jamais de chance dans sa vie...
 Et comme il faut toujours voir le côté positif des choses, cela confirme ce que je pensais de certains amis, et ouvre, enfin!, les yeux de Biquette qui ne voulait pas me croire lorsque je lui disais qu’ils étaient égoïstes.

lundi, 29 mars 2010

2010, rien ne va plus.

Nous ne sommes qu’en début d’année, et pourtant les mauvaises nouvelles s’accumulent déjà. La première, vous êtes nombreux à l’avoir partagée, était la disparition de Gazelle, douce amie du net. Depuis, deux amis ont appris être atteints eux aussi du cancer. Un d’un cancer rare, le second, Crazy Squarel, cancer du foie qui évolue très rapidement.
 Alors que tout rentrait dans l’ordre (ou presque) pour Caliméro, qu’il avait plusieurs bonnes nouvelles les unes derrières les autres, le voilà victime de vol, via Internet. Quelqu’un a pu  obtenir tous les détails suffisants pour utiliser sa carte American Express, et faire pour près de 17 000 € d’achats en ligne. Mais en Malaisie, Caliméro ne bénéficie pas d’assurance comme nous en avons en occident ! Il devra payer tous les achats... Et la banque ne s’est inquiétée que trop tardivement des transactions. Les produits ont été déjà envoyés d’Angleterre ou des Etats Unis et déjà réceptionnés, dans des boîtes postales, en Afrique.
 L’an passé, Biquette avait été victime de la même arnaque (pourtant, elle ne paye quasiment rien en ligne !)  pour 25000 €, mais heureusement, elle bénéficiait d’une assurance !
 Il devrait y avoir une obligation automatique de vérification des transaction d’achats en ligne, dès que l’adresse d’envoie ne correspond pas au pays d’origine de la carte.
 En attendant, comment Caliméro va-t-il pourvoir régler sa dette ?  Il en a pour des années !
 J’espère que les mauvaises nouvelles ne vont pas continuer...

jeudi, 18 février 2010

L'absence, 10 mois...

« C’est dans l’adversité que l’on reconnaît ses amis » dit le proverbe. Une fois encore, j’ai pu le constater. Le décès de Biche a été l’occasion d’avoir des surprises similaires à celui de Bigorneau-à-Roulettes, mon pôpa. Des amis se découvrent comme tels, sont à vos côtés pour supporter la terrible perte. Un petit mot, un petit geste... Pas forcément grand-chose, et des qui se prétendaient vos amis brillent par leur absence ! 

Cela fait longtemps que j’avais remarqué que dans mon entourage, beaucoup aiment le Gatito Loco, celui qui est là pour vous lorsque vous allez mal, mais lorsque Gatito va mal... Comme dans un naufrage, « les femmes et les enfants d’abord », les rats quittent le navire !

Ce sera donc bientôt le grand nettoyage de printemps, et cette année sera pour faire le ménage dans les fausses amitiés. La plus belle sortie sera celle d’une qui fut ma soeur de coeur pendant des années... En fait, tant qu’elle avait besoin d’aide...  Rigolo, même l’adage « ses amis on les choisis, sa famille on la subit » peut soudainement convenir à une soeur de coeur.

 

 

colombe

123

samedi, 30 janvier 2010

Une fourche dans le sac à main

Evita a mis sur son blog un lien vers une vidéo dénonçant la violence gratuite, avec l’agression d’une vieille femme. J’aurais préféré ne jamais voir ces images, même s’il y a pire dans le genre.
Mais cela a ravivé ma mémoire. Des agressions des femmes de la famille, qui ont eu la chance de tomber sur des agresseurs n’ayant pas eu la lâcheté de les tabasser.
Tout d’abord Biche, qui revenait de faire ses courses. Elle avait un petit caddie qu’elle tirait, et un cabas. L’agresseur, adolescent de 16-18 ans tente de lui arracher le cabas. Biche lâcha son caddie, et retint son sac des deux mains. Il tira de toutes ses forces, elle ne lâcha pas prise, ne tomba pas, redescendit avec lui la côte qu’elle venait de gravir péniblement. Tout en criant. Une seule femme était témoin paralysée par la peur. Finalement, le jeune partit en courant, sans rien... Mis en échec par une mamie de 80 ans ! (20 ans plus tard, nous avons pu constater dans d’autres circonstances la force qu’elle avait dans les bras, alors qu’elle était alitée (et affaiblie) depuis 10 ans...
Mamina, elle, fut agressée sous nos fenêtres. J’étais intrigué par ses cris. Etait-ce elle, ou une des gamines du quartier (mais qu’ont donc les gamines à toujours hurler comme si on les agressait, alors qu’elles jouent ?). Je voulais regarder par la fenêtre, mais l’accès était bloqué par un représentant quelconque et Bigorneau-à-Roulettes, trop heureux de bavarder avec n’importe qui. (Je les ai maudit ensuite !) Mamina était entrée en criant dans la maison. Elle aussi avait eu de la chance. Il l’a « juste » fait tomber, car elle ne voulait pas lâcher son sac. Un peu « stupidement » car il n’y avait rien dedans. Seulement, le sac avait une valeur sentimentale : cadeau de Gatito, acheté lors de son premier voyage en solitaire hors frontières, à Florence, alors qu’il avait 16 ans. L’agresseur s’était enfuit avec. Mais nous l’avons retrouvé ensuite dans une rue voisine (le sac, pas l’agresseur). Notons que les voisins, ceux toujours derrière leurs fenêtres à espionner, comme par hasard, n’avaient rien vu, rien n’entendu ce jour là ! Pauvres choux ! Pour une fois qu’il y avait du spectacle, ils n’étaient pas à leurs postes....
Licorne, soeur de Biche n’a pas été agressée physiquement. Les voleurs lui avaient pris sa bicyclette. Un sur la selle, l’autre sur le porte bagage... Et Licorne les poursuivant avec... Une fourche ! Elle a eu de la chance elle aussi, car les faits se déroulaient pendant l’Occupation, les voleurs étaient des Allemands qui avaient découvert le vélo sous le foin. Finalement, de « gentils » Allemands, car d’autres avaient fait usage de leurs armes contre les civiles osant tenter de protéger leurs biens...
Hum ? pas facile d'avoir une fourche dans son sac à main, mieux vaut un révolver comme Evita...

mercredi, 24 juin 2009

Port du casque obligatoire 

 Certains voudraient que le port du casque pour cycliste soit obligatoire partout en Europe.

 

111

Cette galette me semble pourtant dérisoire… mais une chose est néanmoins certaine, c’est que le jour où le casque sera obligatoire, je revendrai mon vélo et utiliserai la voiture à la place ! Pourquoi ? Parce que, comme bon nombre de personnes de la famille, il nous est intolérable d’avoir quelque chose sur la tête ! Une véritable torture, intraduisible avec des mots (imaginez-vous portant un nid de fourmis rouges carnivores sur la tête… eh bien, c’est comme une caresse en comparaison !) . A Maurice, lorsque le port du casque a été obligatoire, je n’ai pas pu continuer de circuler en moto comme auparavant. Pourtant, j’ai essayé ! En vain !
 Le port du casque obligatoire pour les cyclistes… Pourquoi pas ? Mais ? Et le piétons ? Il en faudrait, avec tous ces piétons renversés ! Comme à P’tit Chicago ou les cyclistes ont le 00 comme James Bond (00 = permis de tuer) et ne respectent aucun code de la route, roulant à tombeaux ouverts au milieu des piétons. En Espagne et dans le sud de la France, vous avez les férias avec lâché de bovins dans les rues des villes. A P’tit Chicago, la Féria dure tout au long de l’année, mais avec des vélos… et vous avez plus de chances de vous en sortir sans une égratignure en Espagne…

111

111

 De plus, le piéton n’est pas à l’abri de recevoir la pot de bégonia tombant du ciel, enfin, du rebord de la fenêtre que la petite mamie est en train d’arroser (vous me direz qu’elles en prennent soin, mais si elle sursaute, surprise de sentir que papy lui mette la main aux fesses… La première fois depuis 1940...)
 Casque obligatoire même à la maison : la boîte de conserve qui tombe du placard ? Vous y avez songé ? Et le lustre qui dégringole du plafond car vos voisins font la java ? Casque obligatoire pour dormir aussi, on peut tomber du lit et se fracasser la tête sur la table de nuit, sur le sol… Casque intégral !
 Réflexion faite, armure comme au bon vieux temps !

 

111

mercredi, 06 février 2008

Journée internationale contre les mutilations génitales féminines [2]

(1ere note du jour)

Journée internationale contre les mutilations génitales féminines [2]

lundi, 31 décembre 2007

C'est le dernier !

C'est le dernier de l'année. Enfin !

Si il y a des mouvements faisant "barrage" à 2008, je n'en fais pas partie, au contraire, je chasse 2007 à grands coups de pieds, de balais, de...

Vous qui me suivez, vous savez que cette année fut pénible à plus d'un titre. Elle se place parmi les pire de ma vie.

Et pour la finir en beauté, je la finis... en travaillant, comme je débuterai 2008... Et le plus triste dans l'histoire, depuis que je travaille dans l'hôtellerie, et à chaque fois que je me suis coltiné la nuit de la Saint Sylvestre... c'est avec les clients les plus désagréables de l'année ! Ceux qui ne vous souhaitent pas une bonne année, alors que presque tous les autres le diront les jours suivants. En 17 ans, pour tous les 1er de l'an travaillé... les "bonne année" dis en ce grand jour se compte sur les doigts d'une main ! (je parle des clients entre 0.00 et midi... les clients du 1er au 2 sont généralement plus civilisés !) Si au moins nous étions mieux payés pour bosser les jours fériés ! Mais non ! Pas dans l'hôtellerie (ne bossez jamais dans ce secteur !)

Alors, ce soir, avant de rouler sous la table, pensez à Gatito qui lui sera de corvée...

En attendant : BON VENT 2007 !

vendredi, 30 novembre 2007

HARCELES ?

Subissez-vous, comme moi actuellement,

du harcèlement moral de votre

(censuré) employeur ?

Alors, pour vous, et pour les autres,

un petit cadeau qui se cache

sous la photo !

Hop ! Un petit clic dessus !

ratoulus

mardi, 27 novembre 2007

L'hôtel des Esclaves

Gerboise Craintive et Grenouille Tatouée vivent leur moment de gloire à l’Hôtel de Fous.

Oui, elles étaient là, seules témoins avec Médusa de l’explosion du Volcan Gatito ! Et tout le personnel les envie ! Tous regrettent de na pas avoir assisté au spectacle de l’année, de la décennie...

On avait déjà eut ouïe dire que Gatito pouvait péter un câble, mais, personne n’y croyait vraiment. Il est si calme ce garçon ! Si doux, avec un tel self contrôle…

Oui, elles ont vu Gatito exploser, rugir au point de probablement réveiller la moitié de l’hôtel…

Non, Gatito ne s’est pas laissé intimider ! Oui Gatito a répondu et affronté verbalement son agresseur faisant fi de toute prudence ! De leurs côtés, les trois femmes avaient frissonné : agression physique contre Gatito ? crise cardiaque de l’agresseur ?

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Gatito a osé s’engueuler (il n’y a pas d’autre mot !) avec Harpagon, vous savez, ce patron qui se croit encore au bon vieux temps des colonies !

Tout avait commencé 6 jours plus tôt , lorsque d’un commun accord avec lui même, Harpagon avait laissé une note de service, bien qu’il sache depuis déjà 10 jours la nouvelle.

Il nous ordonnait d’assister à une formation de secouriste sur le lieu de travail.

Super ! J’ai toujours voulu en suivre une ! Oui, mais…

Tout changement d’emploi du temps doit, légalement, se faire au moins 8 jours avant la date prévue !

Là, nous ne l’apprenions que 5 jours avant ! et moi le soir en prenant le service de nuit

Et là ! Surprises !

Les horaires : 13:30 à 17:30 Oui, bien mais…

Gatito, service de nuit, 21:00 à 7:00 !

Et je dors quand, moi ?

Non seulement il y avait ce souci, mais il y en avaient d’autres ! Le lundi, je travaillais de 7:00 à 14:00 dans l’autre entreprise… Je ne pouvais donc pas être à l’heure, et vous imaginez le nombre d’heures que cela représentait ?

Et il faut quelqu’un pour s’occuper de Biche ! Cela ne se trouve pas comme cela !

Une formation se fait pendant le temps de travail, et la durée légale entre deux postes est de 11 heures, pas 6.30  et 3.30 !

J’exposais tous ces arguments dans une lettre à Harpagon. Un roman selon les propos de la réceptionniste en chef.

Arguments nuls et non avenus selon Harpagon.

Il campait sur ses arguments de dictateur. Plus il en rajoutait, moins j’avais envie de faire d’efforts ! Le tout via la réceptionniste en chef par courriels. Je devais m’arranger avec mes collègues pour qu’ils fassent quelques nuits. Plait-il ? C’est le rôle du boss, de chercher, de contacter les remplaçants !

Finalement, courriel de la réceptionniste en chef me disant qu’elle avait réussi à le convaincre, et que j’étais exempté de la formation.

Et le mardi matin, Harpagon déboula comme un taureau furieux dans l’arène, et commença à me crier dessus :

Il n’avait rien à foutre que je sois soutient de famille, de mon autre travail : " tu fais ce que je t’ordonne de faire ! "

Calmement, j’essayais simplement de lui faire remarquer que du lundi 13:30 au mercredi matin, soient 40:30 heures j’en bossais 28 !

Mais il n’écoutait pas, m’intimait l’ordre de me taire… Alors, j’ai élevé la voix ! Oh, je sais qu’il ne m’écoutait pas (sa manière de se défendre lorsqu’il a tord), mais, il était hors de question que je le laisse faire, que j’écoute ses ordres de débile !

Et d’ailleurs… je ne criais pas ! Je parlais fort, très fort, mais je ne criais pas ! C’est bien autre chose, lorsque je crie ! Tout comme je n’étais pas véritablement énervé, comme le pensent mes collègues, car, en cas de colère, je deviendrai plus genre : je tue d’abord, on s’explique ensuite. Là j’étais confortablement assis derrière l’ordinateur !

J’avoue que je me suis demandé s’il n’allait pas me boxer à un moment, hurlant au dessus de moi " tais-toi ! tais-toi ! tais-toi ! " qui ne faisaient qu’augmenter mon envie de parler ! C’est là que Médusa semblait effrayée… (rappel : Médusa est sa femme, langue de vipère, mais probablement femme battue aussi)

La tension tomba d’un coup, comme un soufflet !

Quelques minutes passèrent.. et il aborda à nouveau le sujet, mais calmement…. Tout aussi calmement, je lui redisais une fois encore l’impossibilité physique de faire la formation et le poste de nuit ! Bien entendu, aucun des deux n’a cédé ! Mais, j’ai été autorisé à quitter mon poste 10 minutes plus tôt, comme lorsqu’il est de bonne humeur…

Depuis, plus un mot sur le sujet. Qui reviendra une autre fois, mais ma tactique sera différente ; je veux ses ordres par écrit, signé de sa patte : ainsi, photocopie à la DDT, mais aussi à certains journaux à scandales friands de ce genre d’affaires !

Mais lorsque je rencontre les collègues qui n’y étaient pas, tous commencent : " alors ? ? ? ? Tu t’es engueulé avec le patron ? " Ah, il n’a pas fini de les surprendre, le Gatito !

vendredi, 14 septembre 2007

La guerre des sexes

ratoulus

La guerre des sexes est ouverte.. grammaticalement

Cliquez sur l'image pour en savoir plus !

 

merci à Plume !

samedi, 08 septembre 2007

Pour le bien de Biche ?

Pour le bien de Biche ! " Voilà l’argument choc et répétitif de la responsable des aides-soignantes qui viennent la soigner, lorsqu’elle veut imposer une de ses exigences, le plus souvent farfelue… Pour le bien de Biche… Je veux bien… Mais ? Si elle pense au bien des malades, pourquoi refusait-elle de donner les noms des bourreaux qui l’avaient maltraitée ? Elle n’a finalement lâché les noms que lorsqu’elle s’est sentie inquiétée… Mais elle continue à minimiser, prétendre qu’ils ne l’ont pas maltraitée, juste maintenue… alors qu’elle n’a pas daigné magner son c** de lévrier afghan pour constater de visu les blessures ! Elle persiste à nier, faisant confiance à ses employés (dans le fond, ce serait un bon point pour elle, si l’affaire n’était pas aussi grave) alors qu’un médecin, 3 infirmiers et une kiné ont porté plainte suite à la constatation des blessures sur Biche ? Comment ose-t-elle encore nier, alors qu’elle n’est pas venue voir par elle-même ?

Photos à l’appuis, c’est notre médecin qui a porté plainte auprès de la police, mais aussi des autorités médicales compétentes… Sur le moment, certains membres de ces autorités ont blâmé mon médecin, d’oser porter plainte contre une institution paramédicale ! Alors qu’il n’aurait rien fait, il était passible d’être poursuivit, par ces mêmes autorités, pour non-assistance à personne en danger !

Oh ! Ils se croyaient bien à l’abri, derrière leurs petits bureaux, leurs petits titres d’emmerdeurs publics ! C’était sans compter les appuis de mon médecin, qui ont saisi des autorités encore plus hautes ! Et leurs petits bureaux et titres ne les ont pas empêcher de recevoir des blâmes !

Entre temps, nous avons appris que Biche avait été bien traitée… en comparaison d’une autre femme qui a eu le bras cassé ! La famille a-t-elle osé porter plainte ? Nous l’ignorons ! Il y a eu de telles pressions sur nous ! ! !

Ce qui doit encore plus défriser la propriétaire du c** de lévrier afghan, c’est qu’une élève infirmier fait son mémoire sur la maltraitance des personnes âgées, et donné comme premier exemple celui de Biche ! Sujet tabou, mais il a été bien noté !

La propriétaire du c** de lévrier afghan, essaye par tous les moyens de nous faire changer d’institution, sans, bien sûr, nous en proposer d’autres. Harcèlement moral… Qui lui a presque valu d’être défenestrée ce mercredi matin par Mamina…

Mais, en dehors de la propriétaire du c** de lévrier afghan, et de deux aides-soignantes (les bourreaux ayant été viré, ou changé de service) nous n’avons pas à nous plaindre des autres ! Alors, pourquoi changer ? Pour lui faire plaisir ? Elle peut attendre !

 

123

dimanche, 26 août 2007

Allumer une bougie

Message que m'a envoyé Passion de Tout

123

Suite au démantelement d'un vaste réseau mondiale de pédophiles par la police anglaise, je vous fais parvenir cette pétition.
 
Les enfants, victimes innocentes, abusées par l'intermédiaire du net ne peuvent se défendre,  mais nous nous le pouvons.
 
SVP allumez une bougie à cette adresse :
 


http://www.lightamillioncandles.com

 

Après la bougie, signez la pétition 2.196.859 bougies allumées.

 

Cette pétition est faite pour encourager les politiques, les services internet providers pour éradiquer le commerce des enfants en ligne.

 

Pour ces milliers d'enfants, victimes de ces pédophiles, allez allumer une bougie

 

support mail : light@lightamillioncandles.com

 

Merci

dimanche, 15 juillet 2007

Haine des arbres :'-(

egmLe nouveau voisin est digne de la rue du Désert des Déserts ! Il  déteste les arbres. Il s'est empressé d'arracher la haie au bout de son jardin. Le voisin, qui vit dans le prolongement m'interpella

egm" Savez-vous ce qu'il va faire ? En tous les cas, c'est bien d'avoir enlever cette haie. Je déteste les haies. Comme le dit ma femme (non ! mon
voisin n'est pas Colombo) : pourquoi en mettre ? Nous n'avons rien à cacher ! Je
suis curieux de voir ce qu'ils vont mettre. Une palissade en bois, ce serait super ! "

Ah ? Parce que cela n'isole pas ? Cela ne cache-t-il pas ?

Personnellement, je n'aime pas beaucoup les haies, à cause des coupes "
au carré "... Mais nous avons plusieurs variétés d'arbres et d'arbrisseaux autour du jardin, pour nous isoler. Ce n'est pas que nous ayons quelque chose à cacher, mais nous aimons la tranquillité, être " chez nous ".

123egmRemarquez, c'est peut être à force d'être espionnés, par des personnes qui ne savent que critiquer. Et si j'avais de bons voisins, il y aurait moins de végétation-rempart. D'ailleurs, avec la voisine la plus sympa, il y a moins de végétation. Tout comme il n'y en avait pas avec les premiers voisins.ratoulus

Et vous ? Comment est votre jardin si vous en avez un, ou comment serait-il dans le cas contraire ?

vendredi, 15 juin 2007

Nouveaux radars (auto)mobiles...

L'affaire étant rentable, le maréchaussée s'équipe haut de gamme !

Ils sortent l'artillerie LOURDE !!!

123

L'appareil est capable de donner votre vitesse en vous croisant sur la route, en se laissant dépasser, en se rapprochant de vous par derrière, et bien naturellement à l'arrêt planqué au bord de la route et ceci dans les deux sens.

123

A l'avenir,  si une Audi S4 vous suit avec insistance... ce sont eux...!!!

lundi, 16 avril 2007

Théatre ? non, vente !

« Vous avez gagné une raclette et une perceuse ! » Annonça la télé prospectrice. Vous allez demander comment cela est-ce possible lorsqu’on n'a pas le téléphone (sale bête) ! Eh bien c’est Biquette qui a reçu l’appel sur sa ligne professionnelle.

Seule condition pour avoir les cadeaux, aller voir la boutique en couple, sans obligation d’achat. En couple, nous ne le sommes plus, mais toujours très proches et célibataires...

Comme nous devions justement aller dans le supermarché asiatique à proximité, autant aller voir c’te chose…

La boutique est plutôt une sorte d’entrepôt grossièrement aménagé. La scène du théâtre sans les décors, juste comme accessoires quelques meubles les uns sur les autres, un peu comme après un séisme de force 12 sur l'échelle de Richter…

Théâtre… c’est bien le mot ! Seulement vous devenez acteurs vous aussi.

ACTE 1

A l’entrée, une brochette de vendeurs, gravures de mode, qui se fendent la poire en voyant les autochtones venir, car ils ne sont vraiment pas à la mode, dans c’te région !

Et un rapace (vendeur) vous tombe dessus, pauvres brebis (éventuels clients)

Moulin à paroles ? Nan ! Mitraillette à paroles !

« Blablablabla… nouveau sur la région…. Blablabla… voulons cibler les goûts des clients selon les régions… blablabla… Catalogue différent… blablabla… Cadeaux gratis pour vous remercier… blablabla… En contrepartie nous vous demandons de nous dire ce que vous aimez et n’aimez pas, pour faire notre catalogue en fonction (ordre des photos) blablabla… »

On nous lâche. On a nos cadeaux, que fait-on ? On part ? Bah ! Jouons le jeu ! Zieutons un peu ! Pas grand chose d’exposé. Encore moins pour nous plaire (pas de choix de couleur selon les modèles) et rapport qualité prix tout bénéfice pour eux !

3 canapés plus loin, le rapace retombe sur ses proies !

« Blablabla… C’ki fait plaisir, c’ke vous essayez les canapés ! blablabla… blablabla… blablabla… blablabla… blablabla… »

Et de nous montrer la qualité des fauteuils. Le cuir ne flambe pas. Preuve à l’appuis, il allume son briquet dessus… Mais, même pour les beaux yeux de Biquette, il n’a pas voulu faire de même avec les canapés en tissus ! Pourquoi ?

Robustesse ! Comme un sale gamin, il se met à sauter sur son canapé avec ses chaussures ! Té ! Si j’en faisais autant, quelle tarte je recevrais de Biquette ! Enfin, c’est toujours bon à suggérer à Walkyrie pour ses 3 diablotins !

Puis, mise à l’aise avec la flatterie. L’aigle devient le renard de la fable.

Bon… je veux bien, mais là il devient « sois beau et tais-toi ! »

« Koik vous faites dans la vie ? …. Madame est koi ? Frite ? hein ? Frit ? Ah ? Free lance ? ? ? ? Koi kça y en a être ? »

« et blablabla… blablabla… blablabla… blablabla… blablabla… blablabla… »


ACTE 2

Entrée du Loup dans la bergerie. Le Boss. Autre gravure de mode, quoique rase-mottes. Pas de manières entre nous, il veut nous mettre à l’aise ! Il se laisse tomber sur le fauteuil, et aussi sec, remonte ses jambes de pantalon dévoilant ainsi ses mollets de coqs poilus (ben quoi ? Vous n’avez jamais vu des galinacés poilus ?) et ses genoux pointus.

Opération séduction ? Essaye-t-il de séduire Biquette en montrant les mollets, telles les auto-stoppeuses dans les films ? Ben, c’est râpé ! Car mes miens à moi sont plus beaux que tes tiens à toi ! C’est donc pas cela qui séduira Biquette ! Ni ton œil humide…

2 mitraillettes. blablabla… blablabla… blablabla… blablabla… Nos deux acteurs jouent leurs rôles, mais pas à la perfection ! cela sonne faux !

Loup : « Z’avez parlé de la loterie ? »
Rapace : « Pas encore »
Biquette : « Pardon ? »
Loup : « Z’y en avoir loterie ! Vous pas y en avoir vu dans le courrier ? Rien écrit ? »
Biquette : « Non… »
Loup : « Koi k’ça y en a être vot’ nom ? »
Biquette : « De la Tour Prend Garde de la Vallée des Pendus »
Loup : « De la Tour Prend Garde de la Vallée des Pendus ? Mais c’est un nom gagnant ça ! » (glups ! les mauvaises notes dans son récital ! cela sonne tellement faux !)
Biquette incrédule : « Oui mais c’est un nom très courant dans la région ! De la Tour Prend Garde de la Vallée des Pendus Biquette »

Et Loup de se précipiter dans les coulisses nous laissant avec rapace et ses flots de paroles. (Notons qu’il ne s’est pas intéressé à nos commentaires tant attendus !)

Il revient et toujours aussi théâtral

Loup : « Biquette de la Tour Prend Garde de la Vallée des Pendus : 3000 Euros ! »
Avant d’ajouter, bien entendu « en bons d’achats »

Gatito : « Pour quel minimum d’achat ? »

Tel un escrimeur, j’avais fait mouche !

La mâchoire de Loup tomba ! Désarçonné par une telle demande ! On ne lui avait pas appris de parade à genre de questions, dans son cour de théâtre ! Pardon, de vente !

Loup : « euh ? ah ? euh ? Oh ? Pas de minimum ! »

Vlan ! le piège se refermait sur Loup !

ACTE 3

Mais nous allions jouer aux chats et à la souris !

Biquette : « Le problème est que vous n’avez pour ainsi dire que des canapés ! et j’ai acheté le mien l’an passé ! »

Loup (tellement certain de sa qualité d’acteur louant les mérites de ses breloques) : « Combien l’avez vous acheté ? Je vous le reprends pour la somme que vous l’avez acheté ! »

Gatito, ne laissant pas le temps de répondre Biquette (qui aurait insisté sur le fait qu’elle tenait à son canapé) et se rappelant un autre canapé qui l’avait fait craquer (mais pas pu acheter à cause du prix) : « 6000 Euros ! »

Loup transpirait, bafouillant que ce n’était pas possible à ce prix…

Gatito : « Oui ! Je comprends... 3000 Euros, sans minimum d’achats… Donc je peux prendre cette table, ce fauteuil et son pouf et le paravent pour 3010 Euros ! Je ne paye donc que 10 Euros ! » (je tiens à préciser que seul le fauteuil et son pouf nous plaisait ! Biquette voulant l’offrir à Mamina ! Le reste aurait pu servir à faire brûler dans la cheminée…)

Loup : « Les fauteuils sont par deux ! »

Tiens donc ? Tous étaient exposés par paires, sauf celui là qui valait le double des autres ! (Précisons que Rapace nous avait regardé ahuri de savoir que Biquette à un canapé et 3 fauteuils ! Cela ne se fait pas, 3 fauteuils ! voyons !)

Cela ne marchait pas ! Escrocs !

Loup tenta une autre opération : la remise sur l’achat d’un seul fauteuil. Tout en mélangeant les Euros et les Francs pour nous embrouiller !

Bof !

Il descend encore le prix ! Plus de 60% ! Intéressant direz vous ? Oui… pour lui ! car le prix était enfin le prix REEL ! dans toute autre boutique !

ACTE 4

Les deux acteurs reprenaient leurs jeux ! Rapace jouait le scandalisé ! « il fait ce qu’il veut, ca y en a être le boss, mais moi y en a pas d’accord ! Moi y en a pas faire vente ! »

Et Loup de revenir à la charge, ne comprenant pas pourquoi on ne sautait pas de suite sur l’occasion. Chose étrange, la réduction, valable 3 mois, ne l’était soudainement plus !

C’est étrange comme bien souvent les vendeurs pensent que vous achèterez tout et n’importe quoi sans réfléchir, sur-le-champ ! (Comme ce représentant en voiture qui était scandalisé que je ne lui prenne pas sur-le-champ sa petite voiture à seulement 17000 Euros au lieu de 19000 ! Car, à ce prix là, 24 heures après, il y en aurait plus !)

Loup dans une ultime parade essaya : « ne le prenez pas, cela m’arrange ! »

Koi lui y en a penser ? Hé ! V’la ke j’cause comme lui !

Il devait penser nous piquer au vif, briser ainsi nos dernières résistances, en nous faisant croire que nous allions le berner…

Bon ? Cela ne t’arrange pas ? Très bien ! Bye bye ! Et nous sommes repartis avec nos cadeaux et l’idée de cette note pour mes lecteurs !

vendredi, 06 avril 2007

Loca-terre

terre_polluUn messaged enotre bonne vieille terre !

Cliquez dessus !

(En Espagnol, Loca = fou)

 

Merci Jullia ! 

lundi, 07 août 2006

Coup de gueule

coup_de_g

Eh oui !

Gatito pousse de coups de gueules !

Je pense que vous avez remarqué que, dans de très nombreuses villes, lorsque vous avez un feu qui est au rouge, vous avez automatiquement les suivants, à moins que de faire des excès de vitesse ou de lenteur !

La palme d'or revient à P'tit Chicago, ou vous devez automatiquement vous arrêter à trois feux différents, dont le dernier est distant de... 100 m du premier !

feu

 

Ah ! Pour empêcher les automobilistes de rouler trop vite, pour les inciter à prendre les transports en commun, certains sont prêts à contribuer activement à la pollution et au réchauffement de la planète !

Beh... Désolés, mais si les transports en communs étaient plus souvent adaptés, nous les prendrions plus facilement !

01:05 Publié dans Coup de gueule | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : route, écologie