Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 août 2011

« Enfin ! Tu quittes cette sale ville »...

            Toujours dans les réactions pouvant surprendre, l’annonce de la promotion de Gatito ne provoqua pas l’effet attendu auprès de Bibichon, petit frère de Biche, et de son épouse Renée Gate.

            Elle :  « Enfin ! Tu quittes cette sale ville »... Propos pouvant surprendre d’une ressortissante de P’tit Chicago !

            Lui : « M’enfin ? Pourquoi es-tu passé par la cette route pour venir et non pas par l’autre ? »

            Pauvre Bibichon, pendant une heure, il ne parla que de cela, du chemin qu’il aurait fallut que Gatito prenne pour aller les voir.

           

mardi, 30 août 2011

Réactions diverses (ou : passez-lui la camisole)

            C’est parfois étrange de comparer la manière dont réagissent les personnes à ce qu’il vous arrive.

            L’annonce du départ de Gatito a laissé quelque peu indifférents plusieurs personnes, pour la simple raison qu’il a confirmé ce que tous pensaient : Gatito est bon pour l’asile de Fous Furieux, quitter P’tit Chicago est la preuve évidente qu’il est dans un état irrécupérable ! Où donc est la camisole de force ?

            Indifférence (tout au moins de façade) de beaucoup de personnes de la part de qui il s’attendait à au moins un peu de curiosité...

            Par contre, à la pharmacie, qui compte quand même 17 personnes, en dehors des petits étudiants de l’année, le tamtam du vent a bien fait son oeuvre, et ils posaient plus de questions à Gatito que bien des personnes le connaissant, allant jusqu’à le féliciter... Si cela se sait dans la rue du Désert des Déserts, Gatito peut se rassurer : il ne sera pas le seul dans l’asile de fous, il aura des connaissances...

            (à suivre)

lundi, 29 août 2011

Partir....

            Quitter le Pôle Central, pour retrouver, enfin ! les Emeraudes était un rêve que Gatito caressait depuis des années.

            Le 1er août 2010, une première solution s’offrait à lui. Un petit bijou d’hôtel, en haut d’un col, avec un superbe panorama, et les sapins comme seuls voisins... Mais le rêve s’effondra tout aussi vite qu’il était apparu. La propriétaire était une véritable arnaqueuse, une salope  « Harpagon » en jupons...

            Qu’à cela ne tienne ! Gatito était à présent déterminé ! Et c’est presque par hasard qu’il découvrit l’Hôtel Bastet, dans un petit bourg dont il ne connaissait que le nom : Les Geysers

            Ses idées innovatrices séduirent la propriétaire des lieux, et c’est ainsi que quelques mois plus tard, il y avait un nouveau directeur.

            Dès les premiers jours, Gatito avait déjà ses fans, aussi bien parmi le personnel, la clientèle que parmi les notables de la ville...

            Le papillon serait-il sorti de sa chrysalide ?

dimanche, 28 août 2011

Pour vivre heureux, vivons cachés.

(Suite)

            

            Savez-vous que vous êtes de petits privilégiés, vous qui lisez ce joueb ?

            Car vous « savez » !

            Vous savez ce qu’est devenu Gatito, alors que, même dans son entourage proche, beaucoup ignorent sa promotion ! La quasi totalité de ses connaissances, de ses amis, et même de sa famille, l’ignore !

            Gatito s’est contenté d’annoncer qu’il changeait d’hôtel, rien de plus. Pas un mot sur ses nouvelles fonctions !

            Il va même plus loin, car, si d’aventure, on allait lui rendre visite à l’Hôtel Bastet, il demandera à l’Excité de se faire passer pour son supérieur.

            Ici, anonymat oblige, Gatito peut se permettre de lever un peu le voile, puisque peu de lecteurs savent qui se cache derrière le masque...

 

            Finalement, cette attitude de « minimiser » ses fonctions face à son entourage, vous surprend-elle ?

samedi, 27 août 2011

Dire ou ne pas dire, telle est la question...

            Gatito aurait-il dû annoncer sa promotion à ses anciens chefs de l’Hôtel de Fous ?

            C’est en tous cas l’avis de Niagara, qui, à la différence de Gatito, a grand besoin de s’affirmer.

            Annoncer la raison de son départ a un peu effleuré Gatito, sans plus. A quoi bon ? Démontrer, à ceux qui ne lui faisaient pas assez confiance, que d’autres ont su apprécier sa valeur ? Cela changerait-il leur perception ? Peu probable car ils sont de ces personnes qui ne se remettent jamais en doute, et qui se forgent une idée qu’ils ne changeront que sous la torture, et encore... Plutôt mourir que d’admettre qu’ils ont tort ! 

            Quant à Gatito, qui a lui aussi un caractère de tordu, il estime que c’est totalement inutile. A quoi bon leur prouver qu’ils avaient tort ? Pour que, soudain ! ils l’estiment ? « leur considération soudaine, je m’assois dessus » fut la réponse faite à Niagara.

            En fait, parmi ses très nombreux anciens collègues, rarissimes sont ceux qui savent, ceux qui avaient lié une relation beaucoup plus amicale avec lui...

(à suivre)

mercredi, 24 août 2011

On a retrouvé Gatito

            Terminés, les Harpagon, Chenille, Hôtel de Fous, P’tit Chicago,  Abysses et autres Pôle Central...

            Gatito a tout laissé derrière lui, est parti, sans se retourner, sans même dire où il allait, ce qu’il allait faire. Pourtant, il aurait pu, il aurait dû même...

            Gatito a misé la barre très haut, sans sourciller.

            Gatito a joué son va-tout.

            Gatito était confiant.

            A présent, lorsque Gatito arrive sur son nouveau lieu de travail, l’ensemble du personnel se prosterne jusqu’au sol, tel Numérobis devant Cléopâtre, mais, en plus, lui lèche ses jolis petits petons, et l’appelle « Notre bien aimé patron ayant pouvoir de vie ou de mort sur nous, misérables vermisseaux »

            Le règne de Gatito le Sublime a commencé.

            Gatito, directeur de l’Hôtel Bastet,  avec son bar, son salon de thé, ses deux restaurants, sa terrasse...

            Premier geste de Gatito, délivrer l’Excité de ses chaînes, le débaucher de l’Hôtel de Fous, et le nommer vice directeur (ou vicelard directeur) ? Il a juste fallut que Gatito lui promette de ne point agir comme Harpagon... Ce qui, même avec de l’entraînement, Gatito n’arriverait pas à faire.

            Gatito, reste le même.

mardi, 23 août 2011

Gatito hyperactif

Non, je ne vous oublie pas !

Il y a d'une part un manque de temps évident, et d'autre part un (censuré) d'ordi qui me (censuré) !

Je pense être en mesure de publier quelques billets d'ici peu.

Nouvelle vie... Nouveau travail... Nouvelle localité...

Et un Gatito debout avant 6:00 (du matin) et rarement au lit avant minuit, 1:00... et pourtant, en pleine forme même s'il est sur ses guiboles presque tout le temps...

Vous en saurez plus bientôt... Ce n'est plus l'Hôtel de Fous, néanmoins, il y en a à dire, à partager !