Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 août 2010

Gatito est arrivé....

Enfin la relève allait arriver ! Bogoss était pressé de rentrer. Encore la caisse à compter, et il pourrait quitter l’Hôtel de Fous !

Il devint soudainement blême !

La caisse était vide, ou presque. Il ne restait que les pièces, mais tous les billets s’étaient volatilisés.

« c’est lorsque je suis allé dans la toilette. Mais, je n’y suis pas resté longtemps ! »

Il comprenait pourquoi Gatito lui conseillait de toujours fermer les portes lorsqu’il devait s’absenter, même pendant quelques secondes , de la réception ! Venant de Bledville-Sur-Manche, il ne se rend pas compte du taux de criminalité de P’tit Chicago.
La bonne nouvelle, dans son malheur, était que rares sont nos clients à payer autrement qu’avec une carte de crédit. Mais, il manquait tout de même l’équivalent de 250€ !

Heureusement,eh, eh,Zorro Gatito, est arrivé, sans s'presser, le grand Zorro petit Gatito, le beau Zorro sublime Gatito, avec sans  son ch'val et son grand chapeau...

« Gatito !!!!! Je ne te croyais pas, lorsque tu disais qu’il fallait fermer les portes ! Je croyais que tu exagérais ! Les salauds m’ont piqué ma caisse ! »
« Eh bien mon vieux (une expression, puisque Bogoss pourrait être son fils !), on peut dire que tu as de la veine, toi (Oui, Bogoss, et probablement vous aussi, chers lecteurs, devez prendre Gatito pour un timbré à parler de veine ici ! Mais soyez donc patients !) ! Regarde ce que je viens de trouver ! »

Et de mettre sur le bureau la somme qui manquait...

« Mais ? Mais ? Mais ? Où as-tu trouvé ça, toi ? »
« Hum... Dans la caisse, je crois... »
«  Dans la c.... ? !!!!! Tu veux dire que.... ? Ah le salaud ! Tu m’as bien eu... Mais c’est une bonne leçon ! »

Eh oui ! Gatito était arrivé avec un peu d’avance. Il avait même un peu patienté, entendant Bogoss dans la toilette. Mais constatant que son collègue ne l’avait pas entendu, et qu’il tardait, Gatito se dit « aux grands maux, les grands remèdes : peut-être me prendra-t-il au sérieux et ne pensera-t-il plus que je suis pessimiste... ». Sadiquement,  Gatito se servit dans la caisse, ressorti et se posta à proximité de l’hôtel pour observer (sans être vu) son collègue. Et arriver juste à temps, pour que celui de balise pas trop longtemps.

Les commentaires sont fermés.