Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 août 2010

Sans nouvelles de la PSG

« Le planning pour juillet n’est pas encore fait. Je vous rappellerai la semaine prochaine »
 Ça surprend un peu d’entendre une telle réponse fin mai, alors qu’ils sont équipés d’ordinateurs, et que leurs jours de consultations sont fixes ! Mais bon...
 Et depuis, j’attends l’appel ! Je sais qu’ils ne me rappellent pas, parce que je n’ai pas envoyé le chèque de caution... Mais comme la feuille de RV devant l’accompagner était pour le 11 juin, j’attendais le nouveau RV pour l’inscrire directement !
 Ils m’ont donc « oublié » parfait !
 Je parle de la secrétaire et du spécialiste devant me faire l’O.M. ... Euh ? Non, c’est pas ça ! La PSG (polysomnographie) !
 J’ai pris la décision (peut-être arbitraire) de ne pas la faire.
 Déjà une réflexion de Parfait, mon médecin. On me fait la PSG par acquis de conscience, mais le spécialiste n’y croit pas (forcément pour lui, il faut être IMPERATIVEMENT au lit bien avant 23 heures ! Il n’est pas spécialiste du sommeil, mais il sait que quiconque ne dort pas avant 23 heures ne peut-être que crevé !). Lira-t-il seulement le rapport de la PSG ? Ne la fait-il pas uniquement pour mettre un peu plus de beurre dans ses épinards ?
 D’autre part, je n’ai pas envie de perdre encore une après-midi pour aller à P’tit Chicago (rien que cela, c’est la déprime assurée !) pour attendre une éternité pour un RV qui ne sera pas à l’heure, mais avec beaucoup de retard. (en plus dans une salle d’attente riquiqui, avec de l’air en boîte ! Quelle horreur !) et m’entendre dire que je n’ai pas fait ce qu’il exige : au lit avant 23 heures ! Tu parles ! Je l’ai fait plusieurs fois, avec un somnifère en plus... A 3 heures, je ne dormais pas ! Alors que si j’attends 1 ou 2 heures pour me coucher, je m’endors en posant la tête sur l’oreiller.
 De plus, la PSG elle-même. Comment dormir avec un tuyau dans les nasaux ? Un boîtier qui m’empêchera de me tourner « à ma manière » dans le lit ? Et, pis encore, l’électroencéphalogramme ! Avec un simple, j’ai déjà mal au crâne en moins de 15 minutes. Ce genre de mal à vous fracasser la tête coutre tous les murs que vous rencontrez ! Résultats : la PSG sera faussée !
 (à suivre)

Les commentaires sont fermés.