Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 juillet 2010

Sus au chocolat

 J’évoquais hier le fait que nous ne courrions pas après le chocolat.
 Il y a de cela plusieurs années, lorsque Ostrogoth vivait encore à P’tit Chicago, nous l’avions vu débarquer à l’improviste un dimanche, en fin de matinée. La solitude lui pesait de trop. En dehors de nous, il ne connaissait presque personne. C’est qu’il n’est pas facile de se faire des amis à P’tit Chicago ! On me dit souvent que c’est partout pareil, mais lorsqu’ils s’y installent, ils rectifient leurs jugements et disent que c’est pire ici...
 Ce dimanche là, nous aurions presque aimé vouloir être des véritables P’tits Chicagolaids, pour agir comme eux. Nous avions tous eu une semaine pénible sur nos différents lieux de travail, et aspirions au calme ! Pas à avoir une mitraillette à paroles !
 Mais nous n’avons pas eu le coeur de le laisser devant la porte, à compter ses clous...
 Ostrogoth avait bien faits les choses, apportant une entrée (il sait que nous n’en faisons pas, sauf pour les invités) et le dessert. Même chose, point de desserts généralement pour nous. Nous ne sommes pas très « sucre ». Tout au plus quelques tartes l’été, sans jamais ajouter de sucre, même avec les « brimbelles »
 Le dessert... Un « forêt-noire », au chocolat, comme il se doit....
 AU SECOURS !
 Mamina frise la nausée rien qu’en les voyants.
 Biche et moi, pouvions en manger, mais uniquement une toute petite part. L’écoeurement vient trop rapidement !
 Ce pauvre Ostrogoth qui croyait bien faire !
 Alors nous avons prétendu avoir eu une indigestion, pour éviter d’en manger trop, ou pas du tout, concernant Mamina. [la bonne excuse, finalement, est de dire qu’elle ne les digère pas, ce qui est véridique, et qui évita à Ostrogoth de choisir une autre fois ce dessert)
 Et comme nous étions « malades », il est rentré chez lui avec le reste de son dessert. Autant qu’il en profite, même « rassis ». Chez nous, le dessert aurait terminé sa vie dans la poubelle....

Les commentaires sont fermés.