Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 août 2010

La révolution des pieds et des jambes.

 En zappant, je suis tombé sur une chaîne française où il était question d’éducation nationale, et de faire faire le sport les après-midi, les autres cours le matin...
 Avec le recul, je me suis rendu compte que je n’ai jamais été du matin. J’assimilais mieux les cours les après-midi, j’y avais de bonnes notes aux interrogations, contrairement aux matins... Plus tard, c’est bien pour cela que je me suis dirigé vers un métier où je ne travaille que de nuit ou les après-midi, mais certainement pas les matins.
 Sport... Mauvais souvenirs !
 Comment était le sport pour vous ?
 Pour moi, cela se résumait à : footing, ballon prisonnier et piscine.
 Il n’y a guère qu’une année où un prof a eu l’intelligence de nous faire goûter à d’autres sports. Mais je regrette de ne pas avoir eu l’occasion d’être initier à d’autres, le tir à l’arc par exemple.
 Ballon prisonnier... La première fois que j’en ai fait, j’avais 7 ans et j’aimais. Mais ne plus faire que ça ensuite... l'overdose ! Encore aujourd’hui j’ai les cheveux qui se hérissent sur la tête en entendant ce nom !
 Footing ? Je détestais, et déteste encore ! Je suis un sprinteur, pas pour la course d’endurance. 
 Barres parallèles, j’aimais ! Tellement que je me suis envolé pour me ratatiner « grave » sur une des barres et m’écraser la cage thoracique ! Depuis, je dois mesurer les efforts.
 Monter à la corde ? Je montais pas très haut, parce qu’uniquement à la force des bras. Mes jambes se désintéressant totalement de ce que faisaient les bras, et peu intéressées par ce moyen d’élévation. Il faut les comprendre : est-ce que les bras les aident à monter les escaliers ? Non ! Alors, pourquoi aideraient-elles les bras à monter à la corde ? Logique, non ? Tu m’aides, je t’aide, tu ne m’aides pas, je ne t’aide pas ! Oeil pour oeil, dent pour dent... Enfin, ici c’est plutôt bras pour bras, jambes pour jambes...
 Piscine ? Je suis un chat, j’ai horreur de l’eau ! Lorsque j’avais 6 ans, j’ai été à moitié noyé par une brute épaisse de maître nageur (*) qui ne concevait pas que je en puisse pas mettre la tête sous l’eau, dès le premier cour ! Résultat, j’ai été des années durant aquaphobe ! Et si, aujourd’hui, je sais nager, je n’apprécie pas le fait d’être dans la flotte. Quelle nage ? Hum ? Les bras font la brasse, les jambes, encore en total désaccord avec les bras, font ce dont elles ont envie, y compris se laisser porter... (Elles y ont bien droit, elles qui portent tout le reste du corps en temps normal !) 
 (*) Ah, les deux beaux maîtres nageurs que nous avions, mesdames, mesdemoiselles ! A vous faire pâmer devant eux, vous donner l’envie de vous noyer pour qu‘ils viennent vous sauver dans leurs bras musclés ! Mais attention, uniquement dans le bassin de loupiots, là où ils avaient pied. Sinon, je ne suis pas certain qu’ils auraient pu vous sauver... Ils devaient avoir 55 - 60 ans, plus larges que hauts, buveurs de bière, ils avaient au niveau ventral la circonférence d’une femme attendant des octuplés dont le plus petit pèserait déjà 3kg200 et le plus gros 10kg753 (c’est du précis, hein ?)
 
PS :
 Un message de mes pieds (1) :
 « On nous aurait permis d’être sans ces horribles cachots (N.B. : chaussettes et chaussures) pour grimper à la corde, nous y aurions peut-être mis du nôtre, mais vu que ce n’est pas règlementaire, tant pis pour toi. Nous, on est tactiles ! » 
 (1) Comment ? Vos pieds ne communiquent pas ainsi avec vous ?

Les commentaires sont fermés.