Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 mai 2010

encore au sujet de la "relativité" du temps

Je parlais précédemment de la relativité en ce qui concerne le temps.
 Dans le même ordre d’idée, mais à court terme, vous vous êtes tous rendu compte combien les bons moments paraissent courts en comparaison des mauvais, dans un même laps de temps.
 Je m’amusais dernièrement à comparer 3 enfants de 5 ans.
 Le premier, adorable, « pousse » trop vite. Déjà 5 ans ! Ne pourrait-on arrêter le temps pour profiter encore plus longtemps de cet âge ?
 Par contre, en ce qui concerne deux petits voisins, (pas de la même famille), c’est tout le contraire : « mais quand vont-ils vieillir ? » De quelques années, voire même de plusieurs  pour les voir convoler ailleurs... Pourquoi ? Le gamin est le plus grand pleurnicheuse qu’il m’ait été donné d’entendre. Sait-il parler autrement qu’en pleurnichant ? Depuis ses premiers mots, jusqu’à aujourd’hui, il n’a cessé de pleurnicher. Et comme ça marche, comme ses parents cèdent à ses caprices, accusent son grand frère de tous les maux, le petit ne cesse de les mener par le bout du nez...
 Quant à la gamine, tous les jours, le quartier est bercé par ses crises d’hystérie. Ah ! Elle a de la voix ! Biquette, qui vit près d’un aéroport, reçoit moins de décibels par jour dans  les oreilles que nous ! (et pourtant, ce n’est pas la maison à côté !) Il faudrait demander à ce que la TH soit inférieure à celle de ceux vivant à côté de l’aéroport, car, les nuisances sonores, c’est nous qui les avons !  Je me demande comment ses parent tiennent le coup sans devenir sourds ! Il faudra que je regarde leurs oreilles, peut-être ont-ils de bouchons de liège dedans ?

Les commentaires sont fermés.