Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 juillet 2010

Gatito, ce héros ? :-P

«  Tiens ? Ta voiture est réparée ? Je ne vois pas ton vélo ! »
 « Non, Gatito, mais je suis venu avec les transports en commun. »
 Et, l’Excité, d’expliquer la complexité pour venir travailler ainsi. Il habite loin. Pour rentrer le soir, il devait en plus réserver une place dans une navette pour arriver jusque dans son petit patelin. Sans quoi, le bus n’est pas mis en service.
 « Et le pire, c’est que demain matin, c’est moi qui serai de service ! »
 Terminer à 21 heures, pour commencer à 6:30 le lendemain... Illégal, mais la légalité et Harpagon, ça fait deux. Et les différents Inspecteurs du travail n’ont jamais tiqué de voir les horaires sur les feuilles de présence...
 « Et tu partiras à quelle heure de chez toi ? »
 « 5:45 !  Si les hôtels n‘étaient  pas aussi chers à P‘tit Chicago, j‘aurais pris une chambre !»
 Gatito eut pitié de son collègue et ami. Il sortit quelque chose de sa poche. (Mais non, Gatito n’est pas un kangourou ! De la poche de sa veste ! Suivez donc !)
 « Tiens, voici les clefs de Pitchounette »
 L’Excité n’en revenait pas ! Il ne voulait pas abuser de la gentillesse de Gatito. Mais son visage exprimait quand même l’envie d’accepter cette offre généreuse.
 «  Tu me fais confiance ? N’as-tu pas peur que j’ai un accident ? »
 « Oh, une de cassée, 10 d’achetée... Finalement, ça m’arrangerait que tu la casses... »
 Finalement, l’Excité se laissa convaincre. Plusieurs minutes plus tard, il appelait Gatito.
 « Quel est le numéro de ta plaque ? Est-ce "ta gueule PP"  ? »
 « Non ! C'est "Gatito !" »
 Gatito répéta où était la voiture. L’excité était passé à côté d’elle sans la voir ! Et pourtant, elle était en pôle position dans la rue ! Il tentait vainement d’ouvrir une des soeurs de Pitchounette
 Le lendemain matin, il arriva, rayonnant. Cela avait été si agréable de faire l’aller retour ainsi. Tellement moins de fatigue
 Désignant les clefs, Gatito s’exclama :
 « Au moins, elles, elles sont intactes ! Et le reste de la voiture ? »
 Quelques minutes plus tard, Gatito retrouvait Pitchounette, garée tout à côté de l’hôtel. Et, surprise ! Pitchounette n’avait plus soif ! L’Excité lui avait donné à boire. Une vingtaine de litres...

Commentaires

Avoir un collègue comme toi, le rêve !
Je vois que l'Excité en a conscience !

Écrit par : Denis | jeudi, 01 juillet 2010

Bisous en passant suis de retour

Écrit par : mamita | jeudi, 01 juillet 2010

Un Gatito comme celui ci, il n'y en a qu'un ... et c'est le nôtre !! ;-))

Gros bisous

Écrit par : Féline | jeudi, 01 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.