Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 mars 2010

A louer.

Une fois encore, l’appartement est à louer. C’est que l’agent immobilier, roublard sur les bords, le fait visiter généralement au bon moment.

Conquis par la quartier calme, la grosse maison presque neuve, les pigeons signe le bagne bail, s’installent et commencent à regretter parfois le jour même.

Lorsqu’ils avaient visité, ils n’avaient pas noté que la grosse maison sur le côté bouffe toute la lumière. Le soleil ne fait qu’une courte apparition dans la journée, au moment où ils visitaient l’appartement. Or, toutes les fenêtres de l’appartement donnent de ce côté. Sauf celle de la SDB, sise au nord. Là, les chenapans de la maison sur l’arrière droit font un tel vacarme que, finalement, le volet reste fermé. Mince protection phonique supplémentaire.

Autre surprise désagréable, la voisine du dessus. Une vieille acariâtre qui ne cesse de critiquer et de donner des ordres, sous prétexte qu’elle est la soeur du proprio. En plus de cela, une maniaque de l’aspirateur. Un aspirateur très bruyant, probablement plus que le Concorde au décollage !  Vous pouvez être certains qu’elle passe son aspirateur tout les samedis après-midi ! Dans son 2 pièces ! Les autres jours de la semaine, un peu moins (note pour moi-même : faire une pétition pour que la TH soit inférieure à celle de ceux vivant près de l’aéroport, zone autrement moins bruyante).

Et lorsque le soir, ils vont se coucher, la tête enflée comme une citrouille et commence à s’endormir...

« Oh oui ! Non ! Non ! Oui ! Non ! »

La voisine du second joue les actrices pornos de série B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V WW X Y Z, manifestant son plaisir imaginaire sans conviction. Enfin, cela doit plaire à son matou de faire savoir à tout le quartier qu’il ne s’ennuie pas. Notons, cependant, qu’il n’est pas très performant, vu la rapidité des choses, et que c’est ce qui l’a, pour le moment, sauvé du Comité de Quartier, qui veut faire tirer la courte paille à celui (ou celle) chargé(e) de la châtrer, dans le seul but d’avoir des nuits calmes.

Et la soeur du proprio ? Elle doit être sourde comme un pot, ou les couinements comblent son manque...

Les commentaires sont fermés.