Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 mars 2010

Sans se presser, à la vitesse de la lumière

On me reproche parfois de marcher trop vite. Té ! La vie est courte, alors autant se dépêcher pour les choses sans importances non ?
 Cela fait des années que je n’ai plus de montre sur moi, sauf parfois, dans une poche, quand j’ai un RV . Et encore...
 Je n’en avais justement pas pour aller à la Médecine du travail. J’avais évalué le temps pour y aller. Trajet en voiture, puis trajet à pied. Arrivée prévue entre 10:50, au plus tard 11:00 en cas de petits imprévus.
 Une sur les trottoirs, je consulte l’heure affichée sur le premier horodateur.  10:44. C’est bon, je suis dans les temps. Et c’est sans me presser que je continue mon trajet. Coup d’oeil sur l’horodateur suivant, on ne sait jamais, le premier aurait pu être défectueux...  10:43.... Le suivant 10:42.....  Mince alors ! J’allais donc plus vite que la lumière ! En me pressant encore plus, pourrais-je remonter suffisamment loin dans le temps pour changer le cours de l’histoire ?
 Bof !
 Lorsque je gagnais la M.d.T. c’était pile poil 10:50, comme je l’avais estimé.
 Intéressant de voir les différences d’heures sur les horodateurs de P’tit Chicago !

Commentaires

Pauvres automobilistes, pas facile de gérer son temps avec de telles différences.
Bises

Écrit par : passion | dimanche, 07 mars 2010

Les commentaires sont fermés.