Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 février 2010

Gatito & la femme de l'ambassadeur

 Ce soir là, impossible de trouver une place. Je tournais en rond, lorsque j’en vis une. Zou ! Je m’y gare. Jamais je ne vais dans cette rue. Mais en sortant.. Aïe ! Dépose minute (qu’y a-t-il donc là ? Je l’ignore encore), avec interdiction de s’y garer après 7 heures du matin. Normalement, pas de problème, il me suffit de quitter le service un peu plus tôt...  Mais, mon 6e sens me dit de ne pas y rester... Alors, lorsque mon 6e sens me dit quelque chose, par expérience, je sais qu’il ne faut pas discuter et obéir !  Par chance, je trouvais une autre place presque de suite. Même topo, stationnement autorisé de nuit, mais interdit de jour, mais là à partir de 8 heures. J’arrivais au travail et trouvais un message :

 « Dire à Gatito pour la petite dame de la 222 »

 C’était sur un post-it laissé par la chef de réception à l’Excité.
 - Me dire quoi ?
 - Il faudrait que tu accompagnes la cliente jusqu’à la gare, demain, à la fin de ton service. Elle est âgée, et a 2 valises à roulettes et un sac. Elle a demandé si on pouvait  l’aider, alors, ils t’ont désigné.

Ben voyons benfache! Comme si le reste du personnel ne pouvait pas le faire. Remarquez, cela ne me dérange pas, puisque je me serais proposé spontanément de l’aider, mais c’est plus cette attitude de se décharger sur les absents qui m’agace. Et aussi leur mépris de la clientèle ! Car lorsque je travaille de nuit, je quitte l’hôtel à 7 heures au plus tard. Et le train de la brave petite dame n’était qu’à 9 heures flute! Sachant que la gare est à moins de 5 minutes (à pieds) de l’Hôtel de Fous, ils auraient bien pu l’accompagner au dernier moment, plutôt que de la laisser seule dans ce sinistre bâtiment froid. (belle extérieurement mais intérieurement sinistrose à souhait !)

Elle est donc descendue le matin,à 5h30, pour laisser ses valises. C’est là que j’ai fait sa connaissance, puisque je ne l’avais pas encore vue. Petite dame âgée, fragile, mais avec beaucoup de classe.
 - Vous me direz combien je vous dois !
 - Mais rien du tout ! (je vous l’ai dit, je me serais proposé spontanément ! Plus encore en la voyant si fragile et avec ses gros bagages ! )
 - Oui... On verra... (sur un ton qui disait « cause toujours, beau merle, tu m’intéresses »  ou, si vous préférez « ce ne sera pas gratis !!!! » )

Elle redescend vers 6 heures, pour aller prendre son petit dej à l’extérieur. En passant, elle me donne mon pourboire à l’avance, 10 € ! Juste pour couvrir cette petite distance (ah ! Mes chères collègues ! Si elles avaient su, elles se seraient battues comme des chiffonnières pour être celle qui l’accompagnerait 018!). A son retour, elle s’installe dans un des fauteuil, attendant la fin de mon service. A ma collègue, louanges sur mon compte, mon amabilité, mes sourires ayant ensoleillé le reste de sa journée. Pourtant, mon attitude n’avait rien d’exceptionnelle ! Mais quand je le lui ai dit, elle m’a parlé de la manière dont se comportaient certains commerçants de P’tit Chicago, et, effectivement, je suis exceptionnel !

Arrivé à la gare, elle a tenu absolument à m’offrir le petit dej. Sachant qu’elle devait attendre le train pendant 2 heures, j’acceptais pour lui tenir compagnie un moment.
 Et nous avons bavardé, bavardé, bavardé, bavardé...  Sur les voyages, les pays visités (une vision commune des voyages, les mêmes pays aimés..., mais aussi sur sa vie, la mienne) A mon départ, elle a tenu à m’embrasser.bisou5

Elle était passionnante à écouter, épouse d’un ambassadeur suisse à la retraite, ayant parcouru le monde, dans de nombreuses chancelleries prestigieuses. D’où sa classe. Cette rencontre me rappelait aussi ma belle famille, qui était également dans la diplomatie.
 Parti pour ne rester que quelques minutes avec elle, je suis resté plus d’une heure en sa compagnie. J’aurais pu rester les deux heures, mais il allait être 8 heures.... Heureusement que j’avais écouté mon 6e sens et n’étais pas resté au premier emplacement !  (merci mon 6e sens !merci)

Commentaires

Comme quoi les rencontres sont belles parfois
bisous bonne journée

Écrit par : mamita | mardi, 23 février 2010

très joli moment, Gatito !

Écrit par : julia | mardi, 23 février 2010

Les commentaires sont fermés.