Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 février 2010

Toujours aussi fou...

Je sais que vous les attendez tous, les dernières nouvelles de l’Hôtel de Fous.

La confusion la plus totale y règne. Nouveau défilé de personnel. Les réceptionnistes du matin résistent au maximum deux semaines... Bon, la dernière, toujours en période d’essai, tient depuis un mois, mais elle avoue que c’est parce qu’elle a besoin d’argent... Mais cherche à partir au plus vite...

Harpagon débauche une secrétaire de direction d’un autre hôtel. Elle le quitte, car ils auraient à leur tête un duo genre Harpagon père et fils (sauf que les fils de « notre » Harpagon sont d’une grande gentillesse, mais ne travaillent pas dans la branche. Pas fous ! Le plus loin possible de papa !), puis Harpagon revient sur sa décision, il n’en veut plus, puis la veut, puis ne la veut plus, puis...

Et on reparle de vente. Avec deux promesses de ventes signées ! Un des acheteurs potentiels provoque des inquiétudes, politicien avec activité dans une association un peu trop extrémiste.... Le second semble très sympa d’après les photos. Mais nous ne le verrions pas souvent, car il crée sa chaîne d’hôtels et de restaurants. S’il est le repreneur, il est à peu près certain que l’Hôtel de Fou fermera pour se faire une peau neuve.

Mais Harpagon ne fera-t-il pas, une fois encore, machine arrière ? C’est ce que je pense. Les autres employés ne voulaient pas me croire, mais, les uns derrière les autres commencent d’avoir des doutes. Harpagon ne leur dit-il plus « de toutes manières, je ne serai plus là » ? Ne prend-il pas des décisions qui seraient plutôt du ressort du successeur ? 

Mais sait-il lui-même ce qu’il fait ? Car il a déclaré :

« Hier, j’ai signé des papiers... Mais qu’est-ce que c’était ? Est-ce que j’ai vendu ou non ? » 

Nous n’en avons pas encore la réponse...

Commentaires

Oh lala, il est de plus en plus"grave" Harpagon.
Et les employés ont le droit de savoir ce qui leur pend au nez aussi !
Courage p'tit Gatito et bisous

Écrit par : passion | jeudi, 11 février 2010

Les commentaires sont fermés.