Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 février 2010

Ca ne s'arrange pas !

Vous qui venez souvent sur ce blog, savez que le Gatito a un grain. Enfin, quand je dis un... Ce seraient plutôt quelques millions.... 

Par contre, ceux qui le côtoient, ne connaissent pas forcément le degré de sa folie, il peut sembler normal, parfois...

C’est le cas des collègues de son second emploi. 

Depuis 8 jours, bien que vivant à peine à 5 minutes à pieds de là, Gatito savait qu’il fallait qu’il aille travailler en voiture. La première confirmation était venue le samedi soir : il pourrait rapporter une planche dont on n’avait plus l’utilité. Un peu encombrante et lourde, pour rentrer en patinant sur la neige. Mais, le 6e sens de Gatito lui avait dit qu’il lui faudrait poireauter...

Ce matin là, effectivement, la cheffe était en retard. 5, 10, 15, 20, 25 minutes d’attente, lorsque la sousse-cheffette (comment ? Ce n’est pas le féminin de sous-chef ? En êtes vous certains ?) arriva. Elle aussi en retard, pourtant, habituellement, elle arrive toujours plus tard... Comme elle a les clefs, ils purent rentrer, et commencer le travail. 

Niagara, la cheffe, arriva avec 35 minutes de retard.

« C’est une tentative de meurtre ! Si je n’étais pas venu en voiture, je serais mort congelé !» 

Niagara sait que Gatito taquine parfois. Elle joua le jeu. 

Un peu plus tard, Niagara et la sousse-cheffette parlaient santé, qu’elles traînaient une sorte de gastro légère depuis plus de 8 jours, leurs familles aussi. La fille aînée de Niagara avait eu des nausées tout le week-end...

« La cheffe va être grand-mère ! »

Niagara fut interloquée !

« C’est ça oui ! M’enfin ! Gatito, elle n’a que 7 ans ! »

Encore plus tard, Niagara et Gatito passèrent alors « l’auto-laveuse » comme Niagara l’appelle : une énorme machine qui lave le sol. Une seule personne suffit pour la manier, mais Niagara préfère la pousser pendant qu’une seconde personne lui tient le fil électrique. Si la matinée avait été calme, c’est à ce moment là que de nombreux clients entrèrent dans la boutique. 

Gatito suggéra de mettre une affiche à l’entrée du magasin : prière d’ôter vos chaussures avant d’entrer...

Plusieurs clients dirent à la sousse-cheffette, en caisse, que ses collègues semblaient bien s’amuser avec la machine. Propos qu’elle transmit. Du coup, Niagara fit quelques petits pas de danse tout en poussant la machine. Arrêt, pour regarder l’allée vers les caisses. Puis appela la sousse-cheffette pour avoir son avis sur la propreté du sol. 

C’est ce moment là que choisi ce fêlé de Gatito pour s’adresser à la sousse-cheffette :

« Regarde ! », et ni une, ni deux, il fit une boucle avec le fil électrique, la passa autour de la chef resserra tout en criant un « yeehaaaaa ! » aigu et retentissant, façon cow-boy. 

« Vraiment, vous n’avez rien à faire tous les deux ! Euh... Je ne reste pas, moi ! »

Quant à la cheffe, elle, tellement surprise, elle ne pouvait rien dire et fut prise d’un fou rire la scotchant sur place. (Gatito vérifia où il mettait les pieds ensuite....)

Evita ! Tu peux dire à Abuelita d’arrêter de chercher qui sera le régisseur de l’Hacienda ! Gatito sait à présent manier le lasso, et ça lui plait....

Les commentaires sont fermés.