Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 novembre 2009

Cocorico !

 On entend régulièrement parler de citadins fuyant les villes pour s’installer à la campagne, et, qui, aussi sec, aller dans les tribunaux porter plainte, qui contre un coq qui chante, qui contre un clocher qui sonne, qui contre les sonnailles des bovins,
 Or, en plein coeur de P’tit Chicago, qu’entendons nous ? Les cloches ? Elle ne manquent pas, entre les clochers, le maire, ses adjoints, et j’en passe... Mais nous avons aussi, provenant d’appartements, le chant mélodieux des coqs aux aurores... La première fois, ça surprend, ensuite, on s’habitue.
 Finalement, c’est tellement banale, que l’on n’en parle même pas dans la presse régionale. Seuls les touristes, déjà debout, sont peut-être surpris... Mais ils se disent ensuite, qu’après tout, ils sont à P’tit Chicago, et là, on n’est plus surpris de rien.

Les commentaires sont fermés.