Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 novembre 2009

Dernier jour :'-(

(suite de la visite de Caliméro, Lundi)

 Comme il avait été impossible de faire l’enregistrement en ligne, car un des vols était par la KLM et l’autre par AF (ils ne forment pourtant plus qu’une seule compagnie, et sont incapables d’accorder leurs violons... Des progrès à faire.... ) il nous fallait aller plus tôt à l’aéroport.

Heureusement, nous nous y sommes pris de bonne heure. C’était le début de la sortie des bureaux, et à P ‘tit Chicago, tout se bloque. De plus, travaux. Vous ne savez plus où passer tant il y en a, et ils durent, durent, durent, durent ! Si au moins c’était bien réalisé ! Mais généralement, tout est à refaire dans les 2 ans qui suivent ! Passons ! Route barrée. Ce qui était un raccourcis était donc bloqué, obligeant nombre de voitures à faire demi-tour. Le tronçon ainsi bloqué était court, dès la rue suivant, vous aviez le panneau « déviation » mais, les P’tit Chicagolais ne semblent pas savoir lire. Tous restaient sur la route principale. Nous étions un des rares à prendre la déviation. Là, ça roulait. Le côté  coquasse de l’histoire, si vous restez sur la route principale, est que trois rue plus loin, vous devez prendre une autre déviation, vous retrouvant ainsi dans la même rue où nous étions déjà, et que vous êtes bloqués pendant de nombreuses minutes au feu... Depuis 8 mois c’est ainsi. 

En évitant ainsi les grands axes, nous sommes arrivés à temps à l’aéroport. Retour folklorique. Dans le sens où j’allais, nous roulions très bien, mais dans l’autre, complètement bloqué, toujours au niveau du tronçon, et, le panneau « déviation » étant trop haut placé par rapport aux phares, personne ne la prenait ! 

Devant moi, une chauffeuse du lundi. Roulant entre 30 et 40 sur routes limitées à 70... Prudente ? Tu parles ! Refus de priorité en arrivant sur le rond-point. J’ignore encore comment la voiture engagée sur le point-rond a pu ne pas l’emboutir. Et tout le long, cette chauffeuse du lundi, juste devant moi. Bonne marge de distance de sécurité. Elle collectionnait les infractions. Une des plus belles chauffardes que j’ai eu l’occasion de voir, mais qu’importe, elle roulait en dessous des limitations, et comme seule la vitesse tue....

(euh ? demain, l'épilogue...)

Commentaires

Sans mon portable je me sens isolée aussi ! Enfin, l'agence d'intérim m'appelle à toute heure alors c'est pas le moment de ne pas en avoir.
Bisous p'tit Gatito

Écrit par : passion | dimanche, 22 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.