Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 novembre 2009

Face à un cobra et un portable, massacre d’abord le portable.

(suite de la visite de Caliméro, dimanche encore !)

Le reste du dimanche se passa à la case. Le temps était horrible, et Caliméro exténué, dormi une bonne partie de l’après-midi. Fièvre... Aurait-il attrapé la grippé A ? Je me voyais déjà la communiquer à Harpagon et Médusa...

Nouvelle soirée chez Biquette.

Caliméro et moi étions obligés de rire (sous cape) de voir sa métamorphose Il y a quelques années à peine, elle avait été vexée comme une puce lorsque l’un de ses « clients » (elle travaille en free lance) l’avait traitée de dinosaure car elle n’avait pas de portable. Elle avait fait de la résistance avant d’en acheter un, au moment où son père était entré à l’hôpital, en phase terminale de cancer.

Depuis, même si elle ne s’en sert que lorsqu’elle part en vacances, elle n’imagine pas sortir sans. Et a présent, c’est elle qui me toise comme un dinosaure pour sortir sans portable, pire encore, pour ne plus avoir de N°... Elle ne remarque pas que, contrairement à elle, je n’ai pas de sac à main où le mettre, et rarement de poches assez grosses pour glisser un portable dedans.

Elle était là, butée, ne comprenant pas que cela puisse m’encombrer, oubliant son propre étant lorsqu’elle même était un dinosaure...

- et le poids du portable, tu y penses au poids ?
- ...
- et à mon pauvre dos devant le supporter ?
- ...

Et voici que pour la décontenancer totalement, Caliméro, qui était toujours pendu au sien auparavant, lui déclare que, non seulement il me comprend, mais qu’il m’envie de pouvoir encore sortir sans. Lorsque sa mère ne sera plus hospitalisée (phase terminale de la maladie d’Alzheimer) il ne l’aura plus sur lui, sauf pour son travail...

De plus, je me connais : je ne cesserai de l’oublier ! Je persiste et signe : la meilleur place pour MON portable, est devant les roues de Pitchounette au moment ou je démarre !
Ma devise : face à un cobra (ou un crotale) et un portable, tues d’abord le portable !

(A suivre)

Les commentaires sont fermés.