Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 novembre 2009

positiver, toujours !

 Non, je n’ai pas été aplati par le rouleau compresseur (voir mon billet précédent)
 Continuons mes exercices pour raisonner en mode pessimiste. Croyez-moi, pour quelqu’un qui fonctionne en mode optimiste, c’est une sérieuse torture ! Je vais obligé de prendre du millepertuis à dose massive pour ne pas sombrer dans la dépression en pensant à ce que risque de devenir ma vie les prochaines années. Là, effectivement, mon empathie naturelle me pousse à raisonner en mode pessimiste. Mode optimiste : le stress ainsi provoqué va déclencher un cancer, je casserai ma pipe, et je n’aurai plus alors à penser en mode pessimiste... Quoi ? C’est pô positif ? Aurai-je réussi le teste du mode pessimiste ? A votre avis ?
 Rien de spécial le vendredi. Nous sommes allés en montagne... Pluie, alors que le soleil, pour une fois, brillait à P’tit Chicago !  Rageant ! Mais le délice de pouvoir rouler sur de petites routes sinueuses !
 Et puis, nous avions tant de choses à nous dire. Sa séparation avec Monstre semble bien définitive, et, finalement, pour le bien (?) de sa fille, il ne veut pas se la symptôme avec Monstre. Sauf que le petiote risque de devenir un monstre comme tous les membres féminins de sa famille. Les beaux-frères de Caliméro, qui au départ, le « snobaient » sont à présent en contact avec lui, lui donne des nouvelles de la petite, ce que Monstre ne fait jamais. Supramonster, la mère de Monstre, qui a du être la nourrice de Satan, est probablement en phase terminale de cancer... Peut-être qu’après son départ aux Enfers, Monstre deviendra-t-elle moins horrible ?
 J’ai principalement tenté de faire changer Caliméro dans sa manière de voir les choses, de ne pas voir le côté négatif, mais le positif :
 Tu as eu le nez cassé dans l’accident, il est déjà refait, mais ton ami chauffeur a le bras cassé et est défiguré avec les éclats du pare-brise... Donc, tu as eu de la chance !
 Tu es ici, 2 semaines après ton opération, alors qu’il y avait 50% de risque que tu restes paralysé... Pour quelqu’un qui dit n’avoir que de la malchance, ne crois-tu pas être chanceux de ne pas être dans un fauteuil roulant ?
 Du coup, la pensée positive lui venait, puisqu’il a ajouté :
« et depuis 2001, je n’ai pas mal au dos ! »
Espérons que la pensée positive continuera. Son moral est trop souvent bas à cause de la pensée négative...
Toujours voir le bon côté des choses, ne pas laisser les idées noires vous submerger... Telle est une de mes devises... Et vous, avez-vous la pensée positive ?
(à suivre)

Les commentaires sont fermés.