Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 novembre 2009

Penser  pessimiste  pour un optimiste, quelle torture !

 Même si j’ai un côté prévoyant afin de prévoir les coups durs, principalement financièrement, avec le raisonnement du « on ne sait jamais », je suis d’un naturel optimiste qui complèterait la précédente réflexion avec  « (...), mais pourquoi cela arriverait-il ? »
 Ce fut un véritable choc de constater que Mamina, pour en petit retard, avait totalement paniquée.
 Biquette marche également en mode pessimiste, mais de manière un peu différente. Si l’on a du retard, elle ne va pas penser immédiatement
« accident ». Par contre, sa peur du feu tourne à la phobie. Des détecteurs de fumée en pagaïe, extincteur, dans un petit appartement moderne, où les combustibles sont rarissimes.
 Lorsque je lui ai téléphoné pour dire que j’étais finalement bien arrivé, sa réaction première fut de me conseiller d’avoir toujours mon portable
sur moi.
 « Ne serait-ce que pour appeler une dépanneuse si tu tombes en panne »
 Logique... pour une pessimiste ! Moins pour un optimiste. Pourquoi tomberai-je en panne sur une route déserte ? D’autant que dans l’histoire
qui nous concerne, pour aller à l’aéroport depuis Les Abysses, c’est être en ville, puis sur voie rapide. Pour un aussi court parcours, c’était inutile d’avoir mon portable...
 Notons que... Cela n’aurait rien changé, puisque je n’ai plus de N° d’attribué depuis des mois !
 L’horrible constat qui s’impose est que je suis à présent obligé de pousser mon empathie à passer en mode pessimiste pour envisager les
éventuelles angoisses de Mamina... Qui, elle, est déjà passée en mode « super pessimiste »... Or, c’était déjà super stressant avant... Alors, imaginez maintenant !
 Enfin, heureusement pour moi, elle n’a pas encore pensé que je risquais beaucoup plus lorsque je suis de service de nuit... Pourtant, elle lit
régulièrement les agressions de mes collègues... Si je ne fonctionnais pas en mode optimiste, je serais mort de peur à l’idée de passer les nuits à P’tit Chicago ! (euh ? Mésange Bleue, tu me donne ton arme ?)
 Penser pessimiste, penser pessimiste, penser pessimiste... J’essaye de m’autosuggestionner... Voyons si ça marche :
 « si vous n’avez pas un billet de moi sur ce blog demain, c’est que je serai passé sous un rouleau compresseur ! On ne sait jamais, des fois
qu‘un 747 lui aurait fait une queue de poisson et que son chauffeur perde le contrôle du rouleau...»

(à suivre, si je suis toujours en vie demain...)

Commentaires

Allez garde le moral !!!!!!!!optimise !!!!!!!!!!bises

Écrit par : mamita | jeudi, 12 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.