Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 octobre 2009

Flip flop

111

111

Le couple marchait devant moi. 17-20 ans approximativement.
Lui, comme les Fla, les Fla, Flamandes de Brel, impassible, regardant droit devant. Seuls ses pieds donnaient un signe de vie : flip, flop, flip, flop, flip, flop…
Elle, pendu à son bras, virevoltant, riant, s’y accrochant au point de choir, cherchait à capter son attention, son regard. Peine perdue :
flip, flop, flip, flop, flip, flop…
Mais c’est en les observants que j’ai compris pourquoi les Brésiliens appellent « flip-flop » les tongs !  Il en était la parfaite stration !
flip, flop, flip, flop, flip, flop…illuC’est vrai qu’à P’tit Chicago, on ne voit pas si souvent des flip-flop… Pas facile de courir avec lorsque votre agresseur vous court derrière avec une machette  ou une tronçonneuse. (j’exagère ? Qui ? Moi ? Oh, si peu ! C’est à cause des quelques gènes hérités de quelques ancêtres nés du côté de Marseille)

111

 

Commentaires

Bon comment il va se débrouiller bises

Écrit par : mamita | mardi, 06 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.