Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 mai 2009

Les Émeraudes

Mamina n’était pas très favorable à ce que l’on rapatrie Biche aux Emeraudes, bien que ce soit son village natal (à Mamina). Cela se comprend par la distance à faire pour aller lui rendre visite… Mais moi-même j’aimerais y reposer à ma mort…

Les Emeraudes… Je n’y ai jamais vécu, mais j’y passais presque toutes mes vacances, enfant, en dehors du mois de juillet où je partais avec les parents. Malheureusement, un de ces villages condamnés à mourir lentement avec la disparitions des commerces, des usines… 

Les Emeraudes… c’est pourtant là que je désire vivre… Mais je devrais attendre la retraite… 

Ce n’est pas que je n’aime pas P’tit Chicago, mais j’en déteste l’insécurité. Combien de cambriolages pendant que les familles vont aux obsèques ? C’est devenu tel que dans les faire-part sur le journal, vous trouvez rarement l’adresse. Si vous avez un nom « rare », comme « de la Tour prend garde de la vallée des pendus », il y a bien des chances que ceux qui vous connaissent sachent que c’est de votre famille. Mais avec des noms fréquents comme « Martin » ou « Durand »… Comment savoir de qui l’on parle ? 

C’est pourquoi, pour le jour du rapatriement de Biche, j’avais demandé à une amie de venir occuper la maison. 

Les Emeraudes… Depuis des années, je n’y allais plus que très occasionnellement, le temps d’une journée. Mais je m’y sens toujours chez moi..

C’est au cimetière que j’ai reçu comme un choc. Sur beaucoup de tombes, il y a des plaques avec les photos des défunts. Et j’en reconnaissait tant et tant ! Surtout des femmes. Souvenir de mon enfance. Pourtant, je ne le connaissais pas. Je les voyais dans la rue, aller dans la petite superette en face de la maison familiale, où lorsque je descendais au centre du village. Ce « choc » me fait comprendre combien j’appartient plus encore au village que je ne le pensais.

Dans quelques jours, j’y retournerai. Je tâcherai de faire quelques photos pour vous faire connaître les paysages qui nous entourent..  (aux citadins pur jus et fragiles du cœur, il sera déconseillé de regarder les photos…)

Les commentaires sont fermés.