Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 mai 2009

Horribles soupçons

Je suis bien incapable de vous dire dans quel état je me trouve. Un peu comme « sous pilotage automatique », une sorte de robot. Ces liens avec Biche étaient si forts. Et c’est presque une vie entière passée avec elle, ou à proximité ! Ce sont si peu de jours de ma vie où je ne l’avais pas vue.

Les derniers jours, elle avait perdu l’envie de vivre. A cause des douleurs lors des passages des infirmiers, pour soigner ses escarres, en en dernier, lui faire des perfusion avec du potassium. Elle qui avait les veines si fragiles…

Mais… car il y a un mais !

Etranges attitudes et comportements de l’infirmier et du docteur, le dernier matin, alors qu‘elle était encore en vie… Ce que je vais dire est grave (oui, Gatito sait être grave, étrange ?) nous avons de graves soupçons qu’ils l’ont « euthanasiée » ! Aucune preuve possible ! Excès de potassium et c’est terminé, sans preuve, le crime parfait… 

Quant aux obsèques ! Entre les malades, ceux qui sont trop loin et ceux qui ne voulaient pas se déplacer.. Nous n’étions que  9 personnes ! Mamina, deux oncles du côté paternel, Biquette et sa maman, deux voisins, une des aides soignantes et moi… Pas même un des trois infirmiers. Quand je pense que pour un voisin, décédé 2 semaines avant, son équipe d’infirmières s’était déplacée au complet ! Nous n’attendions pas grand monde, d’accord, mais quand même un petit peu plus.

Etrange sentiment d’abandon. Par contre, des témoignages beaucoup plus forts, beaucoup plus réconfortants d’amis « Internet », en particulier d’amis de Gatito (qui pourtant ne l’ont jamais rencontré) que de la part de la famille de sang de Biche… C’est vrai, comme on nous l’a si souvent répété : « elle avait fait son temps ! » Combien de fois avons-nous entendu le bon conseil de l’abandonner (il n’y a pas d’autre mot !) dans un asile plutôt que de nous en occuper, que nous aurions dû « vivre » ! Des bandes d’égoïstes… 

Nous sommes nous « sacrifiés » comme ont nous le dit ? Non ! Pour nous, c’était naturel ! Naturel de nous occuper d’elle après sa chute, et une fois qu’elle a été dépendante ! 

Et jusqu’au bout, elle a été une « mère poule » ! Même si elle était devenue sénile, elle avait des éclairs de lucidité. Elle percevait quand quelque chose allait mal ! Deux semaines avant son départ, après presque deux mois de mutisme, elle a dit à Mamina : « toi, tu as mal au dos ! Je le vois bien ! Nous sommes deux ! Moi aussi ! Va donc te reposer ! » 

C’est avec joie que lors de la messe j’ai pu enfin pleurer, avoir les larmes que généralement je suis incapable d’avoir. Soulagement, et aucune honte de pleurer, même si je suis un homme !

Le lendemain, rapatriement de Biche aux Emeraudes. Elle avait toujours voulu être enterrée avec sa sœur… Etrange coutume locale de P’tit Chicago : le corbillard partait seul de son côté. Nous qui pensions le suivre…

Alors, nous sommes partis seuls… Dans le petit village où elle avait vécu à partir de ses 20 ans jusqu’au moment de venir nous rejoindre, presque plus personne ne la connaissait. Une fois encore, un vide intersidéral ! Mamina, 3 membres de la famille et moi. Les employés des pompes funèbres étaient plus nombreux ! Une fois encore, l’absences de personnes qui auraient dû venir. Quand je pense que toute sa vie elle s’est occupée des autres, et qu’il n’y avait personne ! L’ingratitude dans toute sa splendeur ! 

Nous étions donc là… mais Biche ne venait pas. Le corbillard était tombé en panne ! 

Enfin elle est arrivée. Mise au caveau. Larmes ! Et quand le cercueil fut bien placé, c’est comme si j’avais entendu Biche me parler de l’Au-Delà « Je suis entre ma sœur et ma nièce que j’aimais tant ! Je suis bien ! Ne pleure plus »… Imagination ou réelle communication ?  

Dernière consolation. Même si on nous dit « tu était poussière et redeviendras poussière », la caveau est bien étanche dans cette région de pluie et de neige. Les cercueils présent depuis 25 ans étaient encore bien…

Même si je me dis qu’elle est partie pour un Monde Meilleur (n’en déplaise aux athées, dont je respecte la incroyance, de mon côté je suis Croyant  ) son absence m’est si cruelle !

Au final, pour finir cette note avec un sourire (ce que Biche aurait souhaité) je ne puis que pense à Sofia de la série « les Craquantes » :

« Mourir à la fleur de l’âge, presque 102 ans, c’est  beaucoup trop tôt ! »

00:03 Publié dans Scène de vie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : euthanasie

Commentaires

Ne te laisse pas envahir par le chagrin et les doutes !!!!!!!!!!! bises et courage

Écrit par : mamita | jeudi, 07 mai 2009

Que l'on soit croyant ou non, on espère que "l'après" est serein.
Bisous de consolation.

Écrit par : passion | jeudi, 07 mai 2009

Mamita et Passion résument toute ma pensée en te lisant ...
bises

Écrit par : jullia | jeudi, 07 mai 2009

Les commentaires sont fermés.