Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 septembre 2008

Tradition lao

Parfois, il y a des souvenirs qui vous reviennent. Là, c’en est un qui pouvait venir s’inscrire sur ce joueb

Ostrogoth m’avait offert un livre à l’occasion de mon anniversaire. C’était un peu une surprise, puisque je ne fête plus l’anniversaire depuis mon adolescence. Connaissant mon attirance pour l’Asie, son choix se porta sur un ouvrage relatif à ce continent, et, sans lme savoir, sur un pays qui me touche. C’est un roman, "Kham, la Lao", de Louis Charles Royes. Je me suis jeté dessus, le lisant avidement en quête de découverte. Même si le style ne me plaisait pas beaucoup. Ecrit en 1935, le narrateur fait preuve d’un colonialisme exacerbé, et d’un complexe de super-supériorité de Blanc Parisien. Pour aller au Laos, par bateau, il fait escale dans de nombreux pays. Intéressant de comparer les visions de Bangkok et Singapour de l’époque par rapport à aujourd’hui !

Lorsqu’il arrive au Laos, il fait une description qui m’a fait sourire : de quoi taquiner mon ami Petit Scarabé ! Aussi m’empressais-je de le rencontrer. Nous bavardions choses et d’autres, lorsque j’entrais dans le vif du sujet :

"- Tu es Laotien, n’est-ce pas ?

- Oui !

Il était un peu ahuri d’une telle question, car je l’avais sidéré, la première fois que je l’avais rencontré, en lui posant la même question, mais plus qu’une question, c’était une affirmation. Hé oui, Gatito arrive à différencier certains asiatiques. Mais, là, ma question était « stratégique », dira-t-on, histoire d’amener la suite :

- Donc, tu as les fesses tatouées !?

- Ca va pas, non ?" (J’aurais dû parier qu’il répondrait cela !) Petit Scarabé me regardait complètement ahuri !

En fait, dans le livre, le cas était plus restrictif, ne concernant pas tous les Laotiens : " (...) malgré la brume, les mariniers prenaient leur bain matinal. Un tatouage, de la grandeur d’un caleçon de bain - signe des pilotes du Mékong - marquait leurs reins et leurs cuisses."

Je n’allais quand même pas laisser passer une telle occasion sans mettre mon ami en boîte ! Et cela valait le coup !

123

Commentaires

Waouh, perso je ne fais la différence qu'entre les japonais et ensuite ce sont les autres asiatiques ....
Bisous

Écrit par : passion de tout | dimanche, 07 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.