Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 juillet 2008

Raisons de mon absence

 Je vous ai parlé des soucis depuis le retour au travail. Mais pas la raison de mon absence !

 Le problème, lorsque l’on a plus accès Internet à la case, est qu’il est impossible de vous prévenir de mon absence ! Vous avez dû vous en rendre compte aussi.

 Le samedi matin, lorsque j’ai voulu me lever… j’étais comme les tortues : sur le dos, c’est foutu ! J’avais l’impression que j’arrivais à me redresser, la colonne vert timbale, elle, resterait sur le lit : elle  pesait plusieurs tonnes sur toute sa longueur.

 Parfait (le toubib) venait justement le même matin ausculter Biche. Bon, alors, contrairement aux semaines précédentes je me décidais de passer aussi à la visite. Mon tort est de ne pas assez écouter mon corps, de passer outres tous les signaux.

 Sans attendre, arrêt maladie sur le champ. Quelque part, youpi ! Un peu de repos, après deux semaines seulement de travail (mais tellement pénible que j’avais l’impression d’avoir travaillé 6 mois)

 Les jours qui suivirent, je continuais d’avoir de plus en plus mal, en dépit du traitement. Quelque part, j’enrageais ! Car, pendant mes vacances, j’avais pu entreprendre quelques travaux en rade depuis deux ans, depuis la capsulite et tous les ennuis de 2007. Et là, tout est en rade, et encore plus qu’avant ! Ils attendront ! J’aurais pu me forcer un peu (enfin, cela aurait été à tort aussi !) mais, même lorsque les douleurs étaient parties un peu (un peu de calme chaque jour) je ne voulais pas tenter le diable, pas me faire encore plus mal, ou être surpris en cas d’une inspection pour voir si j’étais bel et bien malade. C’est qu’harpagon contacte régulièrement les services sociaux pour dénoncer ses employés malades comme ne l’étant pas : ils sont morts ? Ce n’est pas une excuse pour ne pas venir travailler à l’œil !

Commentaires

Il y en a des patrons, qui voudraient qu'on travaille même à l'agonie; je me suis vue aller au boulot avec une méga sciatique à avoir de la peine à appuyer sur mes pédales de voiture, aussi avec des vertiges à avoir des nausées au moindre mouvements de tête et aussi une extinction de voix géniale alors qu'il faut parler toute la matinée et recevoir moultes coups de téléphone ....... je ne ferai plus jamais ..... "trop bon, trop c.. "comme on dit et tu en fais parti mon Gatito.
Gros bisous

Écrit par : passion de tout | samedi, 12 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.