Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 mars 2008

Jour 12 (2)

Le musée le sortit de son mutisme, le rendit plus civilisé…

“ Oh ? mais c’est beau ! Il faudra y aller ! ”

Il parlait de Beynac, que nous voyions au loin… et qu’il avait refusé de voir avec moi deux jours auparavant. Ne cherchez pas à comprendre ! E americano, hé !

Beynac__53_

Déjeuner à Sarlat. La bonne chair lui rendit le sourire…

Mais il décida de rentrer au gîte pour y passer l’après-midi. Il ne voulait pas ressortir, alors que le soleil, lui, revenait ! Non, Beynac ne l’intéressait pas (E americano, hé !) Officiellement, il voulait faire son courrier… Tu parles ! Je connais l’oiseau ! Son courrier, il le fait au réveil… Mais là, seul, de jour, au gîte… Vous devinez ce qu’il fit ? Si vous suivez ses aventures depuis quelques jours, vous avez la réponse ! Bingo ! Oui ! Des photos à poil dans le gîte ! (E americano, hé !)

Alors, avec Plume, nous l’avons déposé, et sommes partis nous promener longuement, bavarder encore plus.

Beynac

Beynac__50_

Roche Gajeac…

La_Roque_Gageac__3_

Sur le chemin du retour, je vis un panneau indiquant notre village. Le propriétaire du gîte m’avait bien parlé d’un raccourcis, évitant Sarlat !

Oui… J’ignore où nous allions, mais nous y allions bien ! Nouveau panneau, le village ! Sauf que je gîte est en dehors, qu’il faut retourner sur la route départementale ! Et là… des chemins en bas du village… lequel prendre ?

Plume pestait : « c’est bien des hommes, ça ! Ils veulent prendre des raccourcis, résultat, on est perdus ! »

Gatito, lui, tombait des nues : cela existe encore, ce clivage hommes / femmes ? Depuis combien d’années n’avait-il plus entendu parler de différences entre les sexes (sauf en matière de sexualité) ?

Demi-tour… encore un ! Je deviens champion ! Continuons… on verra bien… (au grand damne de Plume qui voulait retourner sur nos pas) Soudain “ déchetterie ” ! Mais oui ! C’est cela qu’il fallait suivre (mais non ! pas pour y déposer Crazy Squarel !) et l’on se retrouva près de chez nous… face à un Crazy Squarel redevenu aimable, agréable, bavard… Il n’y a pas à dire, les photos à poil lui font du bien…

Les commentaires sont fermés.